Jean-Claude Charvin en lice pour le concours Lépine du n’importe quoi

C’est avec une particulière indignation que le Parti socialiste a appris l’annonce du maire de Rive-de-Gier de refuser systématiquement toutes les demandes de rapprochement familial ou de séjour, sur sa commune.  Comme beaucoup d’élus de droite ou d’extrême droite, Jean-Claude Charvin profite de l’émotion provoquée par les récents attentats pour tenter un coup de communication.

Preuve de son incompétence, les avis que rendent les maires sur le regroupement familial sont purement consultatifs et ne portent que sur les conditions de ressources et de la salubrité du logement.

Jean-Claude Charvin évoque les retours de Syrie pour justifier sa décision. Or la plupart de ceux qui partent combattre en Syrie sont de nationalité française et n’ont donc rien à voir avec le regroupement familial. De plus, depuis une deuxième loi antiterroriste, adoptée le 13 novembre 2014, il a été créé non seulement une interdiction de sortie du territoire (IST), mais aussi l’interdiction d’accès au territoire (IAT) pour ces ressortissants, ce qu’il ne peut ignorer sauf s’il est de mauvaise foi.

Le Maire de Rive-de-Gier dans sa lettre au Préfet critique le manque de moyens des forces de l’ordre. Qu’il se plaigne aux membres de son parti « Les Républicains » qui ont supprimé 12 000 policiers et gendarmes, démantelé les renseignements généraux, supprimé la police de proximité et baissé les moyens financiers de la justice.

Nous saluons l’action du Chef de l’Etat et du Gouvernement qui appliquent avec la plus extrême fermeté les lois qui  donnent  à  la  justice,  aux  préfets,  aux  forces  de  l’ordre  et  aux  services  de renseignement  la  capacité  d’agir,  amplifiée  par  la  prolongation  et  le  renforcement  de  l’état d’urgence. L’exécutif tient le bon cap sans démagogie et sans laxisme. Rompre avec l’Etat de Droit reviendrait à capituler devant les terroristes. Mettre des personnes en détention sur le fondement d’une légère suspicion replongerait notre pays dans les heures les plus sombres de son histoire.

Alors que plusieurs édiles du département se sont distingués ces derniers jours par leurs expressions extravagantes,  en appelant à la Légion Étrangère pour éradiquer le terrorisme ou approuvant les déclarations belliqueuses des indépendantistes du FLNC en Corse… les responsables des instances où siègent ces élus (Saint-Etienne Métropole, Conseil départemental de la Loire, Association des Maires de la Loire) doivent réagir.

Le Parti socialiste, à l’échelle nationale, exige de l’Association des Maires de France (AMF) et de son président, François Baroin, la condamnation sans délai de l’annonce de Jean-Claude Charvin.

Régis JUANICO
Premier secrétaire fédéral



Laisser un commentaire