Retour sur l’Assemblée plénière du Conseil régional du 7 juillet 2016

Lors de l’assemblée plénière et de la commission permanente du 7 juillet, Laurent WAUQUIEZ et son exécutif ont proposé des délibérations qui ont toutes un point commun : elles répondent à des sujets ponctuels au coup par coup, sans vision globale, pourtant essentielle dans une grande Région.

Voici la présentation des principales délibérations et positions de notre groupe Socialiste, Démocrate, Ecologiste et Apparentés :

ARRET BRUTAL DU PARC NATUREL REGIONAL (PNR) DU HAUT-ALLIER : UN VERITABLE DENI DE DEMOCRATIE

Les conseillers régionaux de la majorité de droite de Laurent Wauquiez (Les Républicains, UDI et Centre et Indépendants) ont tous voté l’abrogation de la délibération de la Région Auvergne portant sur la création du Parc Naturel Régional des Sources et Gorges de l’Allier, pourtant créé à l’unanimité par l’ancienne Région Auvergne en octobre 2015. Dans sa vindicte contre ce projet, L. Wauquiez a fait fi de l’avis positif et unanime de toutes les parties prenantes (Communes, Communautés de communes, Départements, Régions, CNPC, Fédération Nationale des PNR) qui s’opposent à cet arrêt brutal, Laurent WAUQUIEZ a anéanti de la manière la plus autoritaire qui soit un projet fédérateur construit et validé démocratiquement sur son propre territoire et s’est ainsi rendu coupable de déni de démocratie ! Il lui aura également fallu tordre le bras de ses alliés de l’UDI pour l’emporter, nombre d’entre eux étant opposés à cette abrogation. Il s’est aussi passé de l’accord de la Région Occitanie également concernée par ce parc et qui y est favorable. Le Conseil Economique Social et Environnemental Régional (CESER), toujours très prudent sur les sujets politiques, a publiquement regretté la suppression de ce Parc. Ce PNR est donc remplacé par un simple contrat de développement, fondé sur des financements ponctuels, sans vision ni projet et qui ne remplacera jamais les avantages apportés par un PNR. Les élus du groupe SDEA ont voté contre ce désengagement et appellent à la poursuite de la procédure de classement en PNR.

UNE « NOUVELLE » CARTE JEUNES AUX CONTOURS PLUS QUE FLOUS

Alors que la majorité précédente avait mis en place des dispositifs phares (cartes Jeune Nouveau Monde et M’ra) pour les jeunes, Laurent WAUQUIEZ propose une soi-disant « nouvelle carte » qui permet… pas grand-chose de précis ! Il a proposé une délibération sans aucun contenu mais qui ouvre quand même sur un marché à 5,2 millions d’euros. Aucun détail sur les avantages proposés, aucune mention explicite sur le maintien de la gratuité des manuels scolaires, aucune concertation avec la communauté éducative ou les syndicats ni avec les partenaires culturels ou socioéducatifs. Une certitude quand même : la restriction des publics concernés. Les jeunes en service civique et les étudiants boursiers sont désormais exclus des aides de la Région. Les élus socialistes, démocrates, écologistes et apparentés ont bien sûr porté des amendements pour garantir le maintien des avantages existants. Mais ils ont tous été repoussés. Nous sommes face à une totale improvisation des élus de la majorité qui n’ont tout simplement pas encore réfléchi à ce qu’ils souhaitent proposer aux jeunes Auvergnats et Rhônalpins. A moins qu’ils ne soient tout simplement pas d’accord entre eux à l’image du Pass contraception qui est loin de faire l’unanimité au sein des groupes de droite et du centre : on ne sait, ni s’il sera maintenu, ni s’il sera supprimé. Le groupe SDEA s’est bien sûr opposé à cette délibération qui annonce des reculs majeurs pour les jeunes de notre région et leurs familles.

131 MILLIONS D’EUROS POUR L’AUTOROUTE A45 (HORS COMPETENCE REGIONALE)…

L’exécutif a proposé une délibération engageant la Région pour un montant de 131 millions d’’euros sur la construction de l’A45. Le groupe SDEA de la Région est évidemment favorable à une liaison autoroutière sûre et moderne entre Saint-Etienne et Lyon. Mais nous estimons aussi que la Région ne peut pas tout faire et n’a pas à financer cette autoroute : les investissements à réaliser dans les compétences centrales de la Région sont très importants, de nombreux lycées attendent leur restructuration (9 rien que dans la Loire) alors que les travaux étaient prévus et budgétés, la régénération des petites lignes ferroviaires est indispensable à leur survie. Pour notre groupe, cette autoroute payante (sur 55 ans…) n’a pas besoin d’argent public : les contribuables payeront d’abord la construction, puis payeront une deuxième fois via les péages.

…ET 37 MILLIONS POUR LES PETITES LIGNES FERROVIAIRES (COMPETENCE CENTRALE DE LA REGION) !

Nous avons approuvé le lancement des travaux prévus par le précédent exécutif régional sur les lignes de Lyon/Paray-le-Monial et Saint-Etienne/Firminy/Le-Puy-en-Velay. Ces travaux permettront d’assurer la pérennité de ces lignes actuellement menacées. Au total, les investissements nécessaires sont de près de 65 millions d’euros sur ces lignes. Nous espérons que le travail engagé se poursuivra sur les autres petites lignes ferroviaires identifiées comme en difficulté (Saint-Etienne/Clermont-Ferrand, Grenoble/Veynes, Valence/Die/Veynes, etc.). Nous regrettons cependant que la suppression des comités de ligne empêche les usagers d’échanger avec la Région et la SNCF au moment de la réalisation de travaux aussi lourds dans leur quotidien.

SUPPRESSION D’ILLICO SOLIDAIRE DANS LES TER : UN RELENT NAUSEABOND

Le groupe SDEA de la Région s’est prononcé contre la suppression de la tarification Illico Solidaires, qui apportait 90% de réduction sur les TER aux personnes en insertion sociale et professionnelle. Cette suppression va multiplier par 2,5 les tarifs TER pour ces personnes, qui ont pourtant particulièrement besoin de se déplacer pour assister à des entretiens d’embauche, reprendre une formation, etc. Laurent WAUQUIEZ ressort ainsi sa vieille rengaine concernant « le cancer de l’assistanat ». Nous, nous pensons qu’il faut tout mettre en œuvre pour permettre aux habitants de la Région de retrouver le chemin de l’emploi et de la formation. Et cela passe par faciliter leurs déplacements.

LES ACTEURS CULTURELS

Au moment de l’élection de Laurent WAUQUIEZ, on se doutait que la culture risquait d’être maltraitée par la nouvelle majorité. Mais on était loin d’imaginer l’ampleur des coupes budgétaires et la manière politicienne dont le nouveau Président allait gérer la politique culturelle. Des subventions allouées sans critères aucuns, des baisses des aides au bon vouloir des élus et par contre un arrosage de subventions sur les territoires des amis du Président. A six mois de son élection, le bilan est morose pour la culture : près de 400 000 euros en moins pour les compagnies de spectacle vivant, près de 200 000 euros en moins pour les lieux de création, une vingtaine de festivals de l’été 2016 moins aidés ou plus du tout aidés. Plus grave encore, toute la politique de médiation et d’accès à la culture est sacrifiée avec 350 000 € en moins pour les structures qui interviennent auprès des publics sur les territoires. Les élus Socialistes, Démocrates, Ecologistes et Apparentés se sont opposés à toutes ces baisses. Nous restons mobilisés aux côtés des acteurs culturels du territoire et nous continuerons à nous battre contre cette politique culturelle clientéliste que Laurent WAUQUIEZ est en train de mettre en place, alors qu’il annonce dans le même temps un « Wauquiez rock festival » à 1,5 million d’euros destiné à le mettre en lumière personnellement.

DES INQUIETUDES POUR LES RESEAUX ASSOCIATIFS

A l’image de la culture, depuis six mois, nous avons noté des coupes drastiques sur de nombreuses lignes budgétaires. Mais aux baisses budgétaires, s’ajoute l’absence d’aides sur plusieurs politiques importantes comme le soutien à la vie associative. De nombreuses associations qui bénéficiaient d’un accompagnement de la Région ne figurent plus du tout à l’ordre du jour des assemblées et sont dans l’incertitude totale face à l’absence d’informations de l’exécutif. Alors que les précédentes majorités de gauche avaient mis en place en Auvergne et Rhône-Alpes des dispositifs d’aides à la structuration de la vie associative, la nouvelle majorité a fait tomber le masque lors de cette assemblée en affichant clairement l’arrêt du soutien à l’emploi associatif. C’est une mesure déplorable à laquelle notre groupe s’est opposé et qui est inquiétante pour le monde associatif en Auvergne Rhône-Alpes.

Les conseillers régionaux SDEA de la Loire

Marie-Hélène RIAMON

Johann CESA

Stéphane HEYRAUD

Laurence JUBAN



Laisser un commentaire