Crise de l’élevage : le gouvernement maintient la pression pour redresser les cours

Le Parti socialiste de la Loire tient à souligner la mobilisation du Gouvernement depuis le début de la crise de l’élevage pour aider les producteurs et accélérer la revalorisation des prix agricoles. Un plan d’urgence à hauteur d’un milliard d’euros, ciblé autour de 6 priorités, a été adopté ce mercredi 22 juillet en Conseil des ministres.

Notre gouvernement et en particulier le ministre de l’agriculture, Monsieur Stéphane Le Foll, sont intervenus par tous les moyens en leur possession ces dernières semaines pour aider les éleveurs.

Le ministre a ainsi pris l’initiative de mobiliser tous les acteurs des filières porcine et bovine (abatteurs, transformateurs, chaînes de restauration commerciale, distributeurs, etc.). Le rapport du médiateur Francis Amand sur les prix de la viande bovine et porcine rendu au ministre ce mardi 21 juillet fait apparaître que cela a non seulement permis d’enrayer la baisse des prix payés aux producteurs mais aussi d’enclencher un mouvement de hausse.

Les premiers résultats sont là :
- sur le porc, l’objectif d’atteindre 1,4€ est en passe d’être atteint (cours à 1,38€)
- sur la viande bovine, le gouvernement maintient son objectif d’une augmentation de 20 centimes. La moitié du chemin a été faite avec une hausse des cours de 10 centimes.

Pour compléter son intervention en vue d’obtenir, par la concertation, un retour à un juste prix de la viande et du lait, le Gouvernement a adopté un plan ambitieux et structurel, chiffré à 1 milliard d’euros, de 24 mesures concrètes de moyen et long terme (voir ci-dssous) répondant à 6 priorités :

1.      Redressement des cours et des prix
2.      Restructuration des dettes bancaires et des dettes « fournisseurs »
3.      Allègement des reports de charges
4.      Développement de la contractualisation dans les filières
5.      Développement des débouchés à l’exportation
6.      Amélioration de la compétitivité des filières

Le Parti Socialiste de la Loire comprend la colère des éleveurs ligériens. Quelle profession accepterait une baisse de 30% en moyenne de ses revenus alors qu’on lui demande toujours plus ?

Au niveau local, nos élus sont pleinement mobilisés auprès des agriculteurs pour soutenir les filières bovines et laitières par la commande publique des collectivités territoriales.

Jean-Claude TISSOT, Secrétaire fédéral Agriculture, Solidarité entre les territoires
Régis JUANICO, Premier Secrétaire fédéral

Plan de soutien à l’élevage français – résumé



Laisser un commentaire