Ferme des 1 000 vaches : soutien à la Confédération paysanne

Suite à la mise en examen de cinq militants de la Confédération paysanne, dont Laurent Pinatel, porte-parole national, nous avons reçu avec Régis Juanico ce vendredi 30 mai au matin une délégation ligérienne de la Confédération paysanne, conduite par son porte-parole régional, André Bouchut. Suite à cette rencontre, nous réaffirmons notre soutien sur la forme comme sur le fond à ces militants.

Sur le fond :
Le Parti socialiste considère que le modèle intensif n’a « pas d’avenir en agriculture : hyper-spécialisation fragilisant les territoires, pollutions diffuses que l’on retrouve dans l’eau, les sols, l’air ; consommateurs alertés sur la qualité des produits ; agriculteurs dont la santé est mise en danger par leur exposition prolongée à des produits nocifs… Il faut poursuivre la rupture avec ce modèle et promouvoir un développement durable de l’agriculture, tout en assurant l’autonomie alimentaire de l’Europe avec des produits
sains et diversifiés. »

Lors des élections européennes, notre parti a ainsi réaffirmé son choix d’une agriculture tournée vers l’agro-écologie, l’emploi, la valeur ajoutée, le développement de ses territoires ruraux et de montagne.
De ce fait, nous ne pouvons que nous opposer au projet de ferme industrielle de Drucat, dans la Somme, dite « Ferme des 1 000 vaches ».

Sur la forme :
Les charges retenues contre les cinq militants de la Confédération paysanne nous semblent disproportionnées. La qualification de « vol et recel aggravés » apparaissent peu adaptés dans la mesure où les pièces de la machine à traite qui ont été démontées — sans dégradations et dans le calme — devaient être immédiatement amenées au Ministère de l’Agriculture.

C’est pourquoi, le Parti socialiste de la Loire soutient la Confédération paysanne dans ses démarches pour l’abandon du projet de la ferme des 1 000 vaches.

Jean-Claude TISSOT
Secrétaire fédéral Agriculture, ruralité, solidarité entre les territoires



Laisser un commentaire