Faire garder son enfant, un droit sans condition

De nombreuses familles modestes se voient contraintes à renoncer de faire garder leur enfant par une assistante maternelle faute de pouvoir avancer le montant du complément de mode de garde (CMG) versé par la CAF. En effet, le mode de versement de cette prestation implique un retard systématique de plusieurs semaines ce qui pénalise ces foyers.

Alors que le Sénat, examine, depuis le 16 septembre, le texte de la loi pour l’égalité entre les femmes et les hommes, un amendement porté par la Ministre déléguée à la Famille, qui propose que la Caisse d’allocations familiales (CAF) verse directement cette aide à l’assistante maternelle, a été adopté hier à l’unanimité par les parlementaires.

Le dispositif porté par cet amendement permettra à 140 000 familles, dont 58 000 familles monoparentales, de ne plus puiser dans leur fragile budget. Il s’agit des foyers avec deux enfants qui touchent au moins 23.840 euros par an (20.706 euros avec un enfant).

Cette mesure s’ajoute à celles déjà annoncées comme la création de 275 000 places d’accueil dont 100 000 auprès des assistantes maternelles et la scolarisation des enfants dès 2 ans qui permettra le libre choix aux parents (père ou mère) pour le maintien ou le retour à l’emploi.

Après la publication par l’INSEE des chiffres de la pauvreté en 2011 faisant apparaître le triste constat d’une augmentation de 200 000 personnes pauvres de plus qu’en 2010, le gouvernement de Jean-Marc Ayrault réaffirme sa volonté de faire de la lutte contre la pauvreté sa priorité. Ce choix de l’action met un terme au discours stigmatisant sur la pauvreté.

Le Parti socialiste apporte tout son soutien au combat mené sans relâche et avec détermination par le gouvernement contre toutes les inégalités et contre la précarité dans notre pays.

Fabienne STALARS

Secrétaire fédérale en charge des Affaires sociales et de la Famille



Laisser un commentaire