Le PS 42 saisit la Préfète de la Loire concernant l’hébergement des demandeurs d’asile

La Fédération de la Loire du Parti socialiste a été interpellée par plusieurs associations (Ligue des Droits de l’Homme, Associations de Parents d’Élèves, RESF…) concernant la situation des demandeurs d’asile, déboutés de leur demande, qui se sont retrouvés sans logement à la fin du mois de mai. Régis Juanico, premier secrétaire fédéral, et Arlette Bernard, secrétaire fédérale au logement, ont écrit à la Préfète pour lui demander la stricte application de la loi.

Lorsque des personnes se voient notifier le refus de leur demande d’asile, elles ne sont pas pour autant en situation irrégulière. En effet, elles peuvent faire un recours de cette décision. En outre, tant que la Préfecture ne prononce pas de mesure d’éloignement (arrêté préfectoral de reconduite à la frontière ou obligation de quitter le territoire français), elles ne sont pas expulsables.

Aussi le Parti Socialiste de la Loire souhaite qu’une solution de relogement soit rapidement trouvée. Ces familles, souvent avec des enfants en bas âge, doivent pouvoir être logées dignement avant que la décision définitive les concernant soit prise. Les associations de parents d’élèves pointent la difficulté pour les enfants concernés de terminer l’année scolaire alors que leur famille est à la rue.

Il s’agit d’une responsabilité qui incombe à la Préfecture et non aux communes. Aujourd’hui l’essentiel des demandeurs d’asile se retrouvent pour l’essentiel dans les plus grandes villes du département. La Préfecture devrait également intervenir pour mieux faire jouer la solidarité de toutes les communes dans l’accueil de ces populations. Cet indispensable processus de régulation, pour être juste et efficace, doit  bien évidemment être mené en concertation avec les élus locaux.

Courrier du PS 42 à la Préfète de la Loire



Laisser un commentaire