Le Parti socialiste ligérien accompagne le changement

La Fédération de la Loire du Parti socialiste a présenté devant la presse ce lundi 6 mai 2013 un premier bilan d’étape de l’action de la gauche au pouvoir. Déjà, 20 des 60 engagements pris par François Hollande lors de la campagne présidentielle ont été tenus. Dans ce contexte économiquement difficile, pas de triomphalisme : l’enjeu majeur pour le Gouvernement reste la question de l’emploi. Mais le changement promis a été engagé dans de nombreux domaines : économie, éducation, égalité hommes-femmes, environnement, Europe, agriculture, jeunesse…

Dans le domaine économique, le début du quinquennat a été marqué par le retour de la retraite à 60 ans pour les salariés ayant le nombre d’annuités requises. Le soutien à la compétitivité des entreprises se décline à travers plusieurs dispositifs qui semblent taillés sur mesure pour notre département et son tissu de PME industrielles : crédit d’impôt compétitivité, banque publique d’investissement, contrat de génération… Ces mesures devraient porter leurs fruits dans les mois qui viennent et contribuer à l’inversion de la courbe du chômage. Il s’agit de la priorité de l’action du Gouvernement.

En ce qui concerne l’éducation, le changement le plus visible consiste bien évidemment au déploiement des moyens supplémentaires et notamment à la création de 4 500 postes supplémentaire dès la dernière rentrée. Mais il s’agit aussi et surtout d’une véritable revalorisation d’une profession qui a été durement malmenée ces dernières années. La refondation de l’Ecole de la République passe par la remise en place de la formation des enseignants, une réforme des rythmes scolaires dans la concertation, une plus grande place au numérique… L’action engagée se traduit déjà par un premier signe fort : l’augmentation de 40% du nombre des inscrits au concours de l’enseignement, chiffre qui n’avait cessé de baisser ces dernières années.

En matière d’environnement et de développement durable, François Hollande a souhaité faire de la France le pays de l’excellence environnementale, ce qui l’a amené à lancer la conférence environnementale en septembre 2012 où  tous les sujets les plus sensibles sont abordés (y compris la question du nucléaire…). Depuis un an, de nombreuses mesures ont été prises : mesures structurelles pour soutenir la filière photovoltaïque, mesures pour encourager l’achat de véhicules « écologiques », adoption d’un prime d’aide de 1350 par opération de rénovation thermique pour lutter contre la précarité énergétique et aller vers plus d’efficacité énergétique, mission donnée à la BPI de contribuer à la transition énergétique… Cette première année a été aussi l’occasion de lancer le DNTE (Débat National sur la Transition Energétique) qui est en pleine phase de consultation citoyenne et qui aboutira à un loi de programmation en fin 2013. L’idée générale de la politique conduite en matière de développement durable est axée sur la recherche d’une mise en cohérence de plusieurs politiques (transports, urbanisme, logement, qualité de l’air etc …) avec le souci de contribuer à la création d’emplois, objectif majeur fixé par le Président de la République.

L’égalité hommes-femmes connaît une véritable révolution avec ce gouvernement : recréation d’un Ministère du Droit des Femmes, premier gouvernement 100% paritaire, première loi du quniquennat consacrée à la lutte contre le harcèlement sexuel, remboursement intégral de l’IVG, mesures contraignantes en faveur de l’égalité salariale, introduction de la parité dans le scrutin départemental… L’ensemble des politiques du Gouvernement passe désormais au crible du respect de l’égalité.

Sur l’Europe, François Hollande a exprimé dès juin 2012 auprès de nos partenaires l’orientation qu’il souhaite pour l’Europe. Le fait que les conservateurs et les libéraux soient majoritaires dans les instances de décisions de l’Union entrave bien évidemment la prise de décisions fortes en ce sens. Cependant  des inflexions ont pu être obtenues, notamment sur les objectifs immédiats de réduction des déficits. Le Parti Socialiste prépare dès à présent des propositions pour que la  politique européenne ne soit plus guidée par la seule austérité, au détriment d’une croissance nécessaire et de l’intérêt des peuples.

L’agriculture est une bonne illustration de cette démarche. Ainsi, notre Gouvernement a-t-il pu obtenir de limiter la baisse prévue du budget de la PAC pour notre pays, un moratoire sur les insecticides tueurs d’abeilles (les néonicotinoïdes) ou encore l’ouverture de négociations sur l’après-quotas laitiers. En matière de prix du lait, le Gouvernement a su s’imposer comme médiateur entre les producteurs et les distributeurs et obtenir dès cette année une augmentation de 20 euros les 1 000 litres. La loi consommation récemment présentée en Conseil des Ministres prévoit un mécanisme qui liera le prix d’achat aux producteurs au prix des matières premières.



Laisser un commentaire